EpiniX Blog

Blog Officiel du site www.epinix.net

Un gouvernement irréprochable

Quand un candidat à l'élection présidentielle annonce une volonté, claire, déterminée de ne pas s'entourer de personnes ayant été jugées et condamnées ça donne envie d'y croire ou de rire. Évidemment, le candidat ayant gagné, il va être possible de constater, de vérifier qu'il met en oeuvre tout ce qu'il a promis... ou pas.

Une fois élu, le nouveau président de la république va désigner son premier ministre, puis sur proposition de ce dernier nommer chacun des ministres qui formera le gouvernement. Voici un tour d'horizon de ce gouvernement que François Hollande a voulu irréprochable (accompagné d'anecdote sur la progéniture de ces ministres).

Premier Ministre
Jean-Marc Ayrault
né le 25 janvier 1950 à Maulévrier en Maine-et-Loire
En 1997, il est condamné à six mois de prison avec sursis et 30 000 francs d'amende pour délit d'octroi d’avantage injustifié (souvent dit délit de favoritisme), sans mise en concurrence du marché d'impression du journal municipal Nantes Passion, à Daniel Nedzela, homme d'affaires proche du PS, au travers de l'association Omnic, subventionnée par la commune à hauteur six millions de francs par an de fin 1989 au 1er janvier 1994. Il ne fait pas appel.
Bénéficiant d'une réhabilitation automatique en 2008, son casier judiciaire redevient vierge.
Ministre des Affaires étrangères
Laurent Fabius
né le 20 août 1946 dans le 16e arrondissement de Paris
Mis en cause mais pas inquiété dans 2 scandales : le Rainbow Warrior et l'affaire du sang contaminé.
Son fils, Thomas Fabius, déjà condamné en 2011 pour abus de confiance et non assujetti à l'impôt sur le revenu, s'est offert un appartement à 7 millions d'euros qui intéresse la justice qui a ouvert à son encontre une enquête pour "faux", "escroquerie" et "blanchiment".
Ministre de l'Éducation nationale
Vincent Peillon
né le 7 juillet 1960 à Suresnes (Hauts-de-Seine)
Aucune condamnation de l'homme. Le rejeton, lui, risquerait d'aller au coin (si on faisait encore des remontrances aux élèves) pour ces propos le 13 janvier 2013 sur Facebook : "Connard de manifestants, on devrait tous les pendre en place public". (sic)
Garde des Sceaux, ministre de la Justice
Christiane Taubira
née le 2 février 1952 à Cayenne (Guyane)

En 2004, elle est condamnée par le conseil des prud'hommes de Paris pour licenciement injustifié et rupture de CDD « abusive » concernant son ancienne assistante parlementaire (Sylvia Edom), et doit lui verser 5 300 euros.

Faits notoires : a milité pour l'indépendance de la Guyane, divorcé d'un chef indépendantiste. Au gouvernement, elle supprime les tribunaux correctionnels pour mineurs, propose de rendre optionnelles la prison pour  les condamnations à des peines inférieures ou égales à 5 ans. C'est elle également qui a porté le projet de Loi ouvrant le droit au mariage entre personnes de même sexe (et à l'adoption).

Ministre de l'Économie et des Finances
Pierre Moscovici
né le 16 septembre 1957 à Paris
Condamné en 2001 à verser 1220 euros à la victime pour atteinte au droit à l'image. Il avait utilisé sans son consentement la photo d'un employé municipal pour la publier dans une brochure électorale pour les élections municipales. 
Ministre des Affaires sociales et de la Santé
Marisol Touraine
née le 7 mars 1959 à Paris
Aucune condamnation à titre personnel, mais son fils Gabriel Reveyrand de Menthon, condamné en mars 2013 à trois ans de prison ferme pour extorsion de fonds et séquestration vient d'être incarcéré en septembre.
Ministre de l'Égalité des territoires et du Logement
Cécile Duflot
née le 1er avril 1975 à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne)
 
Ministre de l'Intérieur
Manuel Valls
né le 13 août 1962 à Barcelone (Espagne)
 
Ministre du Commerce extérieur
Nicole Bricq
née le 10 juin 1947 à La Rochefoucauld (Charente)
 
Ministre du Redressement productif
Arnaud Montebourg
né le 30 octobre 1962 à Clamecy (Nièvre)
Le 23 mai 2012, le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg a été condamné à 1 € de dommages et intérêts pour avoir publiquement injurié les anciens membres de la direction de la société de ferries SeaFrance, en les traitant « d'escrocs ».
Le 17 décembre 2012, Arnaud Montebourg, a été condamné à 2 000 euros de dommages et intérêts en réparation du préjudice moral et 3 000 euros au titre des frais de justice, pour avoir porté atteinte à la présomption d'innocence du sénateur PS Jean-Noël Guérini, également président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, en ayant estimé que les faits reprochés à ce dernier n'auraient pu avoir lieu sans la «complicité» de son frère, un homme d'affaires connu pour ses liens avec le grand banditisme.
Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie
Philippe Martin
né le 22 novembre 1953 à La Garenne-Colombes (Seine)
Inconnu des services de police, de gendarmerie et des tribunaux. Inconnu au gouvernement, on doit lui demander sa pièce d'identité à l'entrée du conseil des ministres.
Ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social
Michel Sapin
né le 9 avril 1952 à Boulogne-Billancourt (Seine)
Suspecté en 2001 d'avoir versé des dividendes fictifs aux actionnaires du Crédit Lyonnais (montants fixés par son cabinet ministériel).
Ministre de la Défense
Jean-Yves Le Drian
né le 30 juin 1947 à Lorient (Morbihan)
 
Ministre de la Culture et de la Communication
Aurélie Filippetti
née le 17 juin 1973 à Villerupt (Meurthe-et-Moselle)
 
Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
Geneviève Fioraso
née le 10 octobre 1954 à Amiens (Somme)
Directrice commerciale et membre du conseil d'administration de la société Corys de 1989 à 1995 crée par l'actuel député-maire PS de Grenoble Michel Destot. ni l'un ni l'autre n'ont été inquiété pour avoir gonflé les chiffres d'affaires en vue d'obtenir des crédits européens dévolus à être reversés à des instituts et universités qui attendent encore l'argent. C'est le successeur de Destot qui sera condamné.
Ministre des Droits des femmes, porte-parole du gouvernement
Najat Vallaud-Belkacem
née Najat Belkacem le 4 octobre 1977 à Beni Chiker, dans la région du Rif, au nord-est du Maroc
 
Ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt
Stéphane Le Foll
né le 3 février 1960 au Mans
 
Ministre de la Réforme de l'État, de la Décentralisation et de la Fonction publique
Marylise Lebranchu
née Perrault le 25 avril 1947 à Loudéac (Côtes-du-Nord)
 
Ministre des Outre-mer
Victorin Lurel
né le 20 août 1951 à Vieux-Habitants (Guadeloupe)
Pour l'anecdote, Jean-Christophe Bouvier, son directeur de cabinet adjoint, condamné à une amende de 4e catégorie (90 euros) sans doute trop pressé, il a forcé un barrage établie dans le cadre d'un rallye automobile.
Ministre de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme
Sylvia Pinel
née le 28 septembre 1977 à L'Union en Haute-Garonne
En mai 2009, Le Nouvel Observateur révèle que la députée Sylvia Pinel a adressé une lettre de mise en demeure aux responsables d'un site de surveillance de l'activité des parlementaires afin d'exiger le retrait de la page la concernant.
Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l'Éducation populaire et de la Vie associative
Valérie Fourneyron
née le 4 octobre 1959 au Petit-Quevilly, en Seine-Maritime
 

Voilà qui est déjà pas mal... mais "entourage" ne signifie pas qu'il ne s'agit que du gouvernement. Durant sa campagne présidentielle, François Hollande avait confié son image à André Loncle, le fils de François Loncle, ancien ministre sous Bérégovoy et actuel député de la 4è circonscription de l'Eure. L'ancien candidat devenu président, a dû être satisfait de son travail puisqu'il lui a confié la direction du service audiovisuel de l'Élysée. Oui, car sur son CV ne figure pas sa condamnation à 3 ans de prison, dont 6 mois ferme, assorti d'une mise à l'épreuve de 3 ans pour complicité de détention et usage de stupéfiant (Héroïne). Certains protesteront qu'il ne faut pas blâmer une lointaine "erreur de jeunesse", j'objecterai qu'à 31 ans, la jeunesse est plus lointaine que cette erreur.

Plus proche encore de notre chef de guerre, prêt à mettre la rose ou la Tulipe au fusil pour aller en Syrie, il y a le fiston de la première concubine de France, qui en pleine campagne présidentielle a eu le privilège d'être escorté par la police... non pas en raison de sa notoriété future, ou pour une quelconque protection policière, mais pour être interrogé dans le cadre d'une garde à vue pour possession de cannabis. L'affaire ne dit pas si la camelote lui a été restituée avec ou sans intervention de poupoule ou de son chef coq.

Dans un prochain article vous verrez que pour s'entourer de tels talents, il avait le choix. De quoi se demander, le sourire en coin, si le prochain recrutement des futurs cadres au PS se fera à la Santé ou à Fleury. Un sourire qui s'estompe vite, lorsqu'on pense que ce sont des repris de justice qui nous gouvernent.

Les commentaires sont clos